Chronologie de Mai 1968 : du 13 au 19 mai

Du 13 mai au 19 mai 1968

Manifestation à Saint-Denis, mai 1968 - Fonds de L'Humanité - 83 Fi 173 19 - Droits réservés Mémoires d'Humanité / Archives départementales de la Seine-Saint-DenisManifestation à Saint-Denis, mai 1968 - Fonds de L’Humanité - 83 Fi 173 19 - Droits réservés Mémoires d’Humanité / Archives départementales de la Seine-Saint-Denis

Chronologie du 13 mai au 19 mai 1968

Date Événements nationaux En Seine-Saint-Denis
13 mai Manifestations de centaines de milliers de travailleurs, d’étudiants et de lycéens à Paris et en province. La Sorbonne est occupée. A Pierrefitte, les employés communaux sont tous en grève, ainsi que les salariés de ARMCO. On compte 5 000 grévistes à Bobigny. Les salariés de Cartonnage Colombes, qui sont en majorité des immigrés, débrayent. Au total, une centaine d’entreprise de Seine-Saint-Denis sont en grève et on dénombre 24 791 grévistes dans le secteur privé dans le département.
Grève générale de 24 heures dans le secteur public et l’industrie. Des rassemblements sont organisés à Pantin (500 personnes) et à Montreuil (1500), et des manifestations à Pierrefitte, Saint-Denis (1200) et Stains (200). A Saint-Ouen, 2000 personnes se rassemblent à la Bourse du travail.
14 mai L’usine Sud-Aviation de Bouguenais (près de Nantes est occupée. Les 430 employés de Worthington au Bourget débrayent pendant 1h.
15 mai Les ouvriers de Renault-Cléon (près de Rouen) occupent leur usine. Au Bourget, les ouvriers de Worthington et de CEM entrent en grève. Le centre de Bobigny des Nouvelles Messageries de la presse Parisienne (NMPP) entre en grève.
A Paris, le théâtre de l’Odéon et les Beaux-Arts sont occupés.
16 mai Le mouvement de grève s’étend. A Renault-Billancourt, la Confédération générale du travail fait voter l’occupation des lieux. Grève chez Bendix à Drancy et à l’Illustation à Bobigny.
17 mai La grève et l’occupation de l’usine sont votées par les travailleurs de Renault-Billancourt, et dans de nombreuses autres usines. Les usines Rateau, Babcock&Wilcox, Sud-Aviation, Almeca et CICT de La Courneuve, les Fonderies-Aciéries Paris-Seine à Noisy-le-Sec, les usines Tunzini et Luchaire de Saint-Ouen et les dépôts de La Plaine et du Landy à la Plaine Saint-Denis sont occupés. Au Bourget, les salariés de l’usine Dunlop entrent en grève.
Fortes grèves dans les transports parisiens. Les enseignants de Saint-Ouen sont en grève à 90%.
Dans la soirée du 17 mai, un cortège étudiant part du Quartier Latin pour Boulogne-Billancourt.
18 mai L’ensemble du pays est paralysé par le mouvement de grève. On évoque un à deux millions de grévistes. Occupation des usines de Vallourec et Lyon-Allemand à Noisy-le-Sec, d’AMRCO et Hotchkiss à Pierrefitte, d’Alsthom à Saint-Ouen. A Pierrefitte, grève aux PTT, à EDF-GDF, chez les ensignants et les communaux. A Saint-Ouen, grève de la RATP et de la SITA.
Le festival de Cannes est interrompu. A Saint-Denis, le Théâtre Gérard Philipe est occupé et des spectacles sont organisés pour les ouvriers.