Journées d'étude 2018

Le moment historique dans la création littéraire

L’immigration portugaise, de la précarité à l’insertion

Paul Vaillant-Couturier, écriture et politique

Mai 1968 en Seine-Saint-Denis, images et témoignages

L’écran rouge

Printemps de la Mémoire

Les solidarités avec les habitants des bidonvilles

Les débuts du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

Retour sur le bidonville du Franc-Moisin à Saint-Denis


Le moment historique dans la création littéraire

Table ronde organisée dans le cadre de la journée de commémoration départementale du 17 octobre 1961

 
17 octobre 2018
 
avec Leïla Sebbar, auteure de La Seine était rouge, paru chez Actes Sud en 2009
 
et Lancelot Hamelin, auteur du Couvre-feu d’octobre, paru chez Gallimard aux éditons L’Arpenteur en 2012
 
Table ronde animée par Denis Pernot, professeur de littérature contemporaine à l’université Paris 13.
 
Collège Jean Moulin - Salle polyvalente 76, rue Henri Barbusse à Aubervilliers
 
 

L’immigration portugaise, de la précarité à l’insertion

Table ronde jeudi 20 septembre

Introduction de Christine Langé, directrice des Archives départementales et d’Ilda Nunes, présidente de l’association partenaire « Mémoire vive »
 
  • Insertion résidentielle des Portugais en France de la première guerre à la seconde guerre
Victor Pereira, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de PAU et des pays de l’Adour
 
  • Les immigrés portugais en France des années 1950 à la fin du 20e siècle
Marie-Christine Volovitch-Tavares, vice présidente du CERMI (Centre d’études, de recherche sur les migrations ibériques)
 
  • Portraits croisés d’immigrés portugais à 50 ans d’intervalle
Rose Marie Nunes, photographe
 

Paul Vaillant-Couturier, écriture et politique

Journée d’étude sur Paul Vaillant-Couturier, organisée par le laboratoire Pléiade de l’université Paris 13 en partenariat avec les Archives départementales

jeudi 28 juin

À sa disparition, Aragon salue en Paul Vaillant-Couturier un militant qui a sacrifié « tout ce qu’il aurait pu écrire » aux causes qu’il a défendues.
 
Diverses anthologies, publiées depuis, montrent qu’il n’a jamais cessé d’écrire des romans, des poésies, des drames, etc. Sa rupture avec la littérature n’a donc pas été aussi marquée qu’Aragon le pensait ou que l’affirme un de ses récents biographes qui le présente comme « un écrivain qui s’est empêché de l’être ».
 
Paul Vaillant-Couturier l’indique lui-même, il n’est pas entré « dans la lutte politique avec un cœur d’allégresse » : « […] si nous avons quelque mal à réprimer un égoïsme, c’est celui de revenir aux silencieuses victoires du labeur intellectuel, aux sages assemblées des livres… » (Députés contre Parlement, 1920). Dans ces conditions, s’intéressant toujours aux livres, il a continué à en produire en même temps qu’il a réfléchi au rôle social et politique de l’écrivain.
 
Désireuse de tirer profit de fonds déposés aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, cette journée d’étude réunit des historiens et des littéraires autour de la figure de Vaillant-Couturier afin d’interroger les circulations que, polygraphe de talent, il a fait jouer entre ses productions discursives : articles, reportages, fictions, drames, récits de vie, etc.

Programme

Accueil des participants
Allocution de Christine Langé, directrice des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
Allocution de Jean-Pierre Astruc, président de l’université Paris 13
 
Matinée
  • Le fonds Paul Vaillant-Couturier aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Pierre Boichu, archiviste, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
  • Paul Vaillant-Couturier, écrire en guerre ; écrire la guerre, Denis Pernot, université Paris 13
  • Paul Vaillant-Couturier, député de la Seine, de l’après guerre au Front populaire, Jean Garrigues (université d’Orléans)
  • Les interventions de Paul Vaillant-Couturier dans Commune (1933-1937) et au Congrès international des Écrivains (juin 1935), Bruno Curatolo (université de Franche-Comté)
Modératrice Laure Godineau
 
Après-midi
  • La découverte de la terre et des grottes dans l’enfance de Paul Vaillant-Couturier, Vladimir Marinov (université Paris 13)
  • Paul-Vaillant-Couturier : portrait-souvenirs, Lucille Zimba (université d’Orléans)
  • Paul Vaillant-Couturier, écrivain pour l’enfance et la jeunesse, Mathilde Lévêque (université Paris 13)
  • Le Théâtre agité de Paul Vaillant-Couturier, Léonor Delaunay (université de Versailles-Saint- Quentin-en-Yvelines)
  • Paul Vaillant-Couturier et la Commune de Paris, Laure Godineau (université Paris 13)
Modérateur Denis Pernot
 

Mai 1968 en Seine-Saint-Denis, images et témoignages

 

Journée d’étude coorganisée par les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, le musée de l’Histoire vivante et l’Institut CGT d’histoire sociale de la Seine-Saint-Denis

jeudi 21 juin 2018
à la Bourse départementale du travail
(1, rue de la Libération – 93000 Bobigny)
 
À cette occasion, une convention de partenariat sera signée entre Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental, et Gilbert Garrel, Président de l’Institut CGT d’histoire sociale, en présence de Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT.
 
Cette journée d’étude permettra de découvrir ou redécouvrir des fonds d’images inédits ou peu connus sur la Seine-Saint-Denis en grève, les occupations d’usines, les manifestations… conservés dans les centres d’archives (archives municipales, Archives départementales, Archives de la Préfecture de police, musée de l’Histoire vivante). Des extraits des témoignages des acteurs de mai et juin 1968 en Seine-Saint-Denis seront projetés lors de cette journée d’étude.

Intervenants

  • Michelle Zancarini-Fournel, historienne, université Lyon1, LARHRA
  • Danielle Tartakowsky, historienne, spécialiste des mouvements sociaux
  • Aude Roelly, responsable du département patrimonial, service de la mémoire et des affaires culturelles de la Préfecture de police
  • Nathalie Minart, responsable du pôle Image, Département patrimonial, Service de la mémoire et des affaires culturelles de la Préfecture de police
  • Eric Lafon, directeur scientifique du musée de l’Histoire vivante
  • Gaël Normand, archiviste, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
  • Laure Fernandez, archiviste, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis en présence de témoins ayant participé au mouvement de Mai 1968
     
avec la projection d’extraits de témoignages oraux et une exposition réalisée par l’Institut CGT d’histoire sociale.
 

L’écran rouge

Table ronde jeudi 7 juin 2018

consacrée à la présentation de l’ouvrage dirigé par Tangui Perron, L’écran rouge, syndicalisme et cinéma de Gabin à Belmondo
organisée par Périphérie et les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, avec le soutien du Centre d’histoire sociale (CHS)
 

Intervenants

  • Tangui Perron, chargé du patrimoine à Périphérie
  • Marie-Charlotte Téchené, doctorante à l’université Paris I en histoire du cinéma
  • Marion Boulestreau, iconographe de L’Écran rouge et archiviste à Ciné-Archives
  • Camille Deltombe, Éditions de l’Atelier
  • Claire Childéric, réalisatrice
 
La parution du livre collectif dirigé par Tangui Perron L’Écran rouge, syndicalisme et cinéma de Gabin à Belmondo se situe dans le prolongement de la collaboration scientifique entre Périphérie et les archives départementales. Cette première présentation privilégiera l’itinéraire d’Henri Alekan, chef opérateur, résistant et syndicaliste, et présentera des images inédites issues de collections privées. Une partie des nombreux auteurs sera présente pour échanger avec le public. La rencontre s’achèvera par la projection du film de Claire Childeric Alekan/Cochet (1990, 30 minutes).
 

Projection de film

Alekan Cochet de Claire Childéric (1991, 30 min)
 
"Le cinéma français, une exception qui vient de loin", un entretien avec Tanguy Perron par Claude Bardavid dans Seine-Saint-Denis, le magazine, 22 juin 2018
 

Printemps de la Mémoire

Table ronde mercredi 30 mai 2018 de 14 h à 17 h 30

Dans le cadre du "Printemps de la Mémoire", les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis organisent mercredi 30 mai une table ronde sur le thème "Histoire et mémoire du territoire : quelle transmission pour la jeunesse en Seine-Saint-Denis ?"
Histoire et mémoires du territoire : quelle transmission pour la jeunesse en Seine-Saint-Denis ?
 
Les actions menées par les services départementaux
 
  • La politique de transmission de l’histoire du territoire et de la mémoire dans le cadre du Projet éducatif départemental
  • Présentation d’actions départementales
  • Le dispositif Art et Culture au collège
  • La formation des enseignants sur les concurrences mémorielles en partenariat avec le Mémorial de la Shoah
  • Transmettre l’histoire du territoire à travers les archives : présentation des ateliers pédagogiques
 
Avec Maylis Gourier, service du Projet éducatif et de la Jeunesse ; Marie-Paule Corbi, service du Projet éducatif et de la Jeunesse ; Dominique Bourzeix, mission Art et Culture au collège ; Sébastien Colombo, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
 
Les actions menées par les partenaires associatifs
 
  • Cinéma 93 : les « cartes postales audiovisuelles »
  • Les Engraineurs : l’action d’une association de quartier dans la transmission de l’histoire et de la mémoire à travers l’audiovisuel
  • Citoyenneté Jeunesse Seine-Saint-Denis : actions autour de la mémoire et de ses enjeux
     
débat animé par Jean-Barthélémi Debost, Institut des migrations
 

Les solidarités avec les habitants des bidonvilles

Journée d’étude jeudi 17 mai 2018 de 9h à 17h

suivie d’une visite de l’exposition « Un regard sur la pauvreté »
et de la projection à 18h du film documentaire de Robert Bozzi, Les immigrés en France - Le logement (1970, 52min)
 
Dans le cadre de l’exposition « Un regard sur la pauvreté » consacrée aux photographies de Walter Weiss, jeune volontaire d’ATD Quart monde en 1973, les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis ont souhaité proposer une journée d’étude consacrée aux solidarités envers les habitants des bidonvilles des années 1960 à nos jours.
En effet, qu’elles émanent des associations caritatives, des collectifs d’habitants ou de groupes politiques, les formes de solidarité sont aussi anciennes que les bidonvilles eux-mêmes.
À travers les communications d’historiens, de géographes, de politiste ou d’architecte, les témoignages d’une ancienne institutrice ou d’associations agissant actuellement sur le terrain, les solidarités sous leurs formes les plus variées, des bidonvilles des années 1950 aux camps roms actuels, seront présentées lors de cette journée d’étude.
 

Programme

à partir de 9h

Les premières formes de solidarité avec les bidonvilles
Cette première table ronde consacrée aux années 1960 permettra d’aborder les formes de solidarités envers les habitants des bidonvilles de la région parisienne, notamment au camp de Noisy-le-Grand et au Franc-Moisin à Saint-Denis, et de les comparer avec la situation des bidonvilles madrilènes.
 
avec Marie-Christine Volovitch-Tavares, intervenante et modératrice, Benoît Pouvreau, Emmanuelle Sibeud, James Jabourek et Charlotte Vorms et le témoignage de Geneviève Bellanger, institutrice dans le bidonville du Franc-Moisin
 

à partir de 14h

Les formes actuelles de solidarité envers les populations des bidonvilles
Les bidonvilles sont ré-apparus en France à partir des années 1990, générant hostilité des pouvoirs publics, condamnation médiatique mais également des solidarités actives et concrètes.
 
avec Thomas Aguilera, intervenant et modérateur, Olivier Legros et Pascale Joffroy
 
L’action des associations de solidarité dans les bidonvilles
Les associations ont développé depuis la réapparition des bidonvilles un mode d’intervention et une expertise afin de permettre aux habitants des bidonvilles d’avoir accès aux droits : santé, éducation, domiciliation, aide sociale notamment. Les représentants de trois associations présenteront le travail mené et les difficultés rencontrées au quotidien.
 
avec Adeline Grippon (Médecins du monde), Manon Fillonneau (Romeurop) et Florian Huyghe (Fondation Abbé Pierre)
La journée d’étude sera suivie à 18 h de la projection du film Les immigrés en France - Le logement, film documentaire de Robert Bozzi, noir et blanc, 1970, 52 min (fonds Ciné Archives)
 

Les intervenants

  • Marie-Christine Volovitch-Tavares, professeure retraitée, Vice-présidente du Centre d’études et de recherches sur les migrations ibériques (CERMI)
  • Benoît Pouvreau, historien, service du Patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
  • Emmanuelle Sibeud, professeure en histoire contemporaine, université Paris 8
  • James Jabourek, ATD-Quart monde
  • Charlotte Vorms, maîtresse de conférences, l’université Paris 1
  • Thomas Aguilera, maître de conférences en sciences politiques à Sciences Po Rennes-Arènes
  • Olivier Legros, maître de conférence, université de Tours, Urba-Rom, observatoire européen des politiques en direction des groupes dits Roms/Tsiganes
  • Pascale Joffroy, architecte, présidente de l’association « Système B, comme bidonville »

 


Les débuts du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

 

table ronde organisée par l’Association Histoire et Mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis (AHMO 93)

vendredi 30 mars 2018 à 15h

 
précédée par une visite de Bobigny (rendez-vous à 13h30 devant la Préfecture, esplanade Jean Moulin)
 

Programme

  • 13h30 : rendez-vous sur le parvis de Préfecture esplanade Jean Moulin
visite commentée des bâtiments remarquables de Bobigny (Hôtel du Département, Bourse départementale du travail, MC93, hôtel de ville) par Hélène Caroux et Benoît Pouvreau, service du Patrimoine du Conseil départemental
 
  • 15 h : table ronde aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
présentation sous la présidence de Jacques Girault, professeur émérite de l’université Paris 13 - Villetaneuse, fondateur de l’AHMO-93
 
Marc Giovaninetti, AHMO-93, historien
« La Seine-Saint-Denis, département communiste, sociologie politique et élus »
 
Emmanuel Bellanger, chargé de recherche au CNRS, Centre d’Histoire sociale de l’université Paris 1
« Du démembrement du Grand Paris aux fondations de la Seine-Saint-Denis, une réforme géopolitique attendue et contestée »
 
Témoignage de Jean-Pierre Périllaud (sous réserve), premier président de la Commission permanente du Conseil général
« Les premiers pas d’un conseil général à majorité communiste »
 
Débat animé par Pascal Guillot, président de l’AHMO-93
 
  • 17h : projection du film Vivre en 93 (15 min), 1974
 
  • 18h30 : assemblée générale des membres de l’AHMO-93, ouverte à toute personne intéressée par ses activités. Cette invitation tient lieu de convocation.
 

Retour sur le bidonville du Franc-Moisin à Saint-Denis

table ronde mercredi 14 mars 2018

avec Marie-Claude Blanc-Chaléard, historienne, spécialiste des questions de migrations, professeure émérite à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense, auteure de En finir avec les bidonvilles, immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses (2016)
 
et le témoignage de Walter Weiss, déposant du fonds photographique