Retour sur 2014

du 10 décembre 2013 au 25 mai 2014

► Exposition Photographies à l’œuvre. Enquêtes et chantiers de la Reconstruction dans le nord-est parisien (1945-1958)

 

À la Libération, le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) est chargé de remédier aux destructions de la guerre autant qu’à la vétusté de l’habitat. Il s’agit alors de rebâtir une grande partie du pays tout en restaurant la dignité morale et la puissance économique de la France. Dès 1945, un service photographique accompagne, en interne, l’activité du MRU, en documentant l’état du bâti existant et surtout les constructions nouvelles. Plus de 33 000 clichés sont ainsi réalisés jusqu’en 1958, date à laquelle le terme « reconstruction » disparaît de l’intitulé du ministère.
 
En grande partie inédite, l’exposition « Photographies à l’œuvre. Enquêtes et chantiers de la Reconstruction dans le nord-est parisien (1945-1958) » présente une sélection d’environ 40 photographies noir et blanc, un diaporama conçu pour l’occasion et des films d’époque.
Ces images traduisent les préoccupations politiques et stratégiques de l’administration française en charge de la reconstruction.
 
 
Exposition organisée par le Jeu de Paume en collaboration avec le ministère de l’Egalité des territoires et du Logement, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, le Département de la Seine-Saint-Denis, la Ville du Bourget, en partenariat avec le Pôle image Haute-Normandie et Le Point du Jour - Centre d’art Éditeur.

lundi 16 décembre 2013

► Inauguration de l’exposition Photographies à l’œuvre. Enquêtes et chantiers de la Reconstruction dans le nord-est parisien (1945-1958)

 

à 18h30 aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
 
Exposition organisée par le Jeu de Paume en collaboration avec le ministère de l’Egalité des territoires et du Logement, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, le Département de la Seine-Saint-Denis, la Ville du Bourget, en partenariat avec le Pôle image Haute-Normandie et Le Point du Jour - Centre d’art Éditeur.
 
Télécharger l’invitation.

 

► Les rendez-vous de l’expo

 
Des conférences et des visites guidées sont organisées pendant toute la durée de l’exposition.

Visites commentées

  • Jeudi 23 janvier 201, 13h30-14h30
  • Jeudi 20 février 2014, 13h30-14h30
  • Jeudi 20 mars 2014, 13h30-14h30
  • Jeudi 10 avril 2014, 13h30-14h30
  • Jeudi 15 mai 2014, 13h30-14h30
 

► Conférences

jeudi 23 janvier, 14h30-16h30

L’habitat individuel dans les années 1940 : les chantiers d’expériences en France et les échanges internationaux

 

  • La cité expérimentale de Noisy-le-Sec et les chantiers expérimentaux de maisons individuelles en France - Hélène Caroux (chargée de mission, service du patrimoine culturel, Département de la Seine-Saint-Denis)
  • Projection : Noisy-le-Sec, le laboratoire de la Reconstruction - MRU, 1948
  • Échanges internationaux et construction de logements en Angleterre - Nick Bullock (lecteur émérite en histoire de l’architecture et de l’urbanisme, département d’architecture, université de Cambridge)
 

jeudi 20 février, 14h30-16h30

Reconstruire et construire : des hommes et des techniques

  • Les techniques de construction d’après-guerre : invention et mise en œuvre - Yvan Delemontey (architecte, docteur en architecture et enseignant-chercheur, Laboratoire des Techniques et de la Sauvegarde de l’Architecture Moderne, École polytechnique fédérale de Lausanne)
  • Projection : Pantin, unité résidentielle - Réalisation Robert Chateau, Pierre Poli, 1956
  • Denis Honegger et les opérations du « secteur industrialisé » : la permanence d’une tradition architecturale dans la construction de masse - Sébastien Radouan (doctorant en histoire de l’art, université Paris 4-Sorbonne)
 

jeudi 20 mars, 14h30-16h30

La reconstruction en France et dans la banlieue nord-est de Paris

  • La reconstruction des villes françaises - Danièle Voldman (directrice de recherche émérite, CNRS-CHS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne)
  • Projection : Un aperçu de la Reconstruction - MRU, 1948
  • Reconstruire et rénover la banlieue nord-est de Paris - Benoît Pouvreau (chargé de mission, service du patrimoine culturel, Département de la Seine-Saint-Denis)
 

jeudi 10 avril, 14h30-16h30

La photothèque du MRU de 1944 à nos jours : pratiques photographiques d’hier et d’aujourd’hui

Intervenants :
 
  • Philippe Ayrault (photographe, Unité Société, Région Île-de-France),
  • Arnaud Bouissou (photographe, Bureau audiovisuel, ministère de l’Égalité des Territoires et du Logement et du ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie),
  • Daniel Coutelier (responsable de la photothèque, ministère de l’Égalité des Territoires et du Logement et du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie),
  • Didier Mouchel (chef de projet photographie, Pôle Image Haute-Normandie)
 

jeudi 15 mai, 14h30-16h30

Cycle de projections en collaboration avec l’association Ciné-archives

  • Servir, Pierre Neurisse, 1946, 15 min
  • Reconstruction de Caen et de Rouen, 1950, 10 min
  • Mme Valentin, 3e gauche, Jean Lehérissey, 1959, 18 min
  • Le temps de l’urbanisme, Philippe Brunet, 1962, 26 min

mercredi 26 mars 2014

► Table ronde Un enfant à Drancy puis Auschwitz

 

Table ronde dans le cadre du cycle « Vies prolétaires » autour de Maurice Cling, interné à Drancy puis à Auschwitz.
 
Ce récit de vie et cette quatorzième table ronde ont lieu à l’occasion de la sortie du livre Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs.
 
 
 
 
Invités :
  • Maurice Cling, ancien déporté et auteur d’Un enfant à Auschwitz
  • Benoît Pouvreau, historien au Service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis
 
Projection : extraits de Il faudra raconter…, de Daniel et Pascal Cling (2005)
Conception et animation de la table ronde : Tangui Perron, chargé du patrimoine à Périphérie
 
Télécharger le programme complet
 
Bibliographie :
  • Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs, sous la direction de Benoît Pouvreau, Éditions Snoeck / Conseil général de la Seine-Saint-Denis, 2014
  • Un enfant à Auschwitz, Maurice Cling, Éditions de l’atelier, 1999
 
Pour en savoir plus :

mercredi 30 avril

► Les Ténine au cœur de l’Histoire. Biographie et engagement politique

Table ronde

14h, salle de conférences des Archives départementales
 
Table ronde organisée par l’Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis (AHMO), en partenariat avec les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis et le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (Maitron) – Éditions de l’Atelier.
 

Programme

  • Claude Pennetier, directeur du Maitron : Nadia Ténine, la marque familiale : un père fusillé, une mère morte en déportation et une œuvre d’historienne de l’Occupation
  • Jean-Philippe Tonneau, chercheur : Nadia Michel-Ténine dans un milieu d’avocats
  • Pascal Guillot, président de l’AHMO 93 : Nadia Michel-Ténine, l’histoire de la Seine-Saint-Denis et l’association AHMO 93
  • Odette Martinez, maître de conférences : Juliette Ténine, de l’engagement pour la guerre d’Espagne aux FTP
 
 
L’assemblée générale de l’association AHMO 93 se tiendra à l’issue de la table ronde.

mardi 13 mai 2014

► Journée d’étude Traces. Persécution et répression en région parisienne, 1940-1944

Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)
 
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Les Graffiti du camp de Drancy, des noms sur des murs dirigé par Benoît Pouvreau, une journée d’étude réunira des chercheurs et des acteurs autour de la question de la conservation et de la mise en valeur des lieux de l’histoire de la répression et de la persécution en région parisienne, avec un entretien entre Henry Rousso et Serge Klarsfeld.

La journée s’achèvera par l’inauguration de l’exposition Traces. Les graffiti du camp de Drancy, 1941-1944.
 
Auditorium des Archives nationales, 59 rue Guynemer, 93383 Pierrefitte-sur-Seine cedex
mardi 13 mai 2014, de 9h à 17h

samedi 20 septembre

► Journées du patrimoine 2014

 

Pour les Journées européennes du patrimoine, les Archives départementales se mettent à l’heure de la Première Guerre mondiale  : nous vous proposons de participer dès maintenant à une collecte de photographies et à des ateliers le samedi 20 septembre.
  • La collecte

  • Nous collectons vos photographies de monuments aux morts, pour toutes les communes de la Seine-Saint-Denis. Votre commune sera peut-être sélectionnée pour l’atelier du 20 septembre !
 
  •  
 

Les ateliers

À partir de vos photos de monuments aux morts et de nombreux documents d’archives, découvrez le destin des séquano-dionysiens et du territoire pendant la guerre. L’atelier se conclut par une visite.
Inscrivez-vous à la séance de votre choix :
  • 10h30-12h30
  • 14h30-16h30
 
À savoir !
Les Archives départementales seront ouvertes de 10h15 à 12h30 et de 14h15 à 16h30.
 

 

► Vos photographies enrichissent le site des Archives départementales

Grande collecte participative : photographiez votre monument aux morts de la Première Guerre mondiale

 

Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, le samedi 20 septembre 2014, les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis vous proposent de participer à l’enrichissement des collections photographiques sur les monuments aux morts en Seine-Saint-Denis et vous invitent à un atelier sur la Première Guerre mondiale.
 
Envoyez-nous vos photographies, nous les mettrons en ligne sur notre site et venez participer le 20 septembre à un atelier, en solo ou en famille. Nous vous présenterons les sources centenaires qui permettent de retracer l’histoire des soldats de la Première Guerre mondiale à partir des noms figurant sur votre photographie.
 
Comment participer ?
 
  • Photographiez en haute définition le monument aux morts ou la plaque commémorative de la Première Guerre mondiale d’une commune de la Seine-Saint-Denis/
 
  • Nommez vos photographies en indiquant dans le nom de fichier la commune, votre nom et le numéro de la photo si vous en sélectionnez plusieurs (ex : BOBIGNY_DOISNEAU_1.jpg).
 
  • Remplissez et signez l’autorisation de communication.
 
  • Envoyez-nous avant le 19 septembre 2014 à ad93@cg93.fr une à cinq photographies (5 Mo maximum) en un ou plusieurs courriels, accompagnés de l’autorisation de communication.
 
Rendez-vous vendredi 12 septembre sur le site des Archives départementales pour voir les premières photographies en ligne.
 

EN IMAGES


vendredi 14 et samedi 15 novembre 2014

► Journées de généalogie et grande collecte 2014

Grande Collecte 14-18 et 4e salon de généalogie et d’histoire locale en Seine-Saint-Denis

La grande collecte

Dans le cadre de la commémoration de la Première Guerre mondiale, les Archives départementales participeront à l’opération nationale intitulée la Grande collecte 14-18 pendant ces deux journées : si vous possédez des documents datant de cette période, nous vous renseignerons sur leur valeur historique et vous conseillerons sur leur conservation. En fonction de l’intérêt de ces documents pour l’histoire locale -si vous êtes d’accord- ces documents seront numérisés et un florilège des documents les plus significatifs seront mis en ligne.

Comment faire ?

Les archivistes vous accueilleront pour vous donner des conseils sur la conservation de ces documents, recueillir vos témoignages sur ceux-ci et évaluer avec vous leur valeur historique. Ils vous proposeront dans certains cas, d’en numériser un échantillon. Vous pourrez également procéder à un don ou un dépôt. Un florilège de documents qui donneront lieu à une numérisation sera disponible sur la base de données Europeana 1914-1918 et sur notre site Internet.
4e salon de généalogie et d’histoire locale en Seine-Saint-Denis
 
Les Archives départementales accueilleront ces mêmes jours le 4e salon de généalogie et d’histoire locale en Seine-Saint-Denis organisé par le Cercle généalogique de l’est parisien. Ce sera l’occasion de participer à des conférences et de visiter l’exposition 1418. Échos, versos et graphies de batailles de Catherine Poncin.
 

Programme des conférences

  • Vendredi 14 novembre 2014 :
15h-16h  : Les recensements / Marie-Odile Mergnac - Éditions Archives et culture
16h-17h  : La généalogie à l’école / Mme Duret - Association généalogie à l’école
 
  • Samedi 15 novembre 2014 :
10h-11h30  : Les archives notariales / Guillaume Nahon - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
11h30-12h30  : Le peintre Eugène Carrière / Sylvie Le Gratiet - La Société des Amis d’Eugène Carrière
14h-15h  : Les châteaux de Villemomble / Guy Martignon - Association des amis du château Seigneurial et du patrimoine Villemomblois
15h-16h30  : Utilisation du cadastre et du fonds des hypothèques / Marie-Odile Mergnac - Éditions Archives et culture
16h30-17h30  : La gare du Bourget au cœur de la grande guerre / M. de Regibus - Jeunesse préhistorique et géologique de France
 
Informations pratiques  :
  • Vendredi 14 et samedi 15 novembre, de 9h30 à 18h
 
Pour en savoir plus  :
 

vendredi 11 décembre 2014

► Table ronde De la « Grange-aux-Belles » à Montreuil. Un siècle d’histoire de la CGT en Île-de-France

 

Intervenants

  • Danielle TARTAKOWSKY, professeure d’histoire contemporaine, présidente de l’université Paris 8
  • Joël BIARD, président de l’Institut d’histoire sociale de l’Union régionale d’Île-de-France CGT
  • Michel PIGENET, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1, modérateur pour l’Institut d’histoire sociale national de la CGT
 
 
À partir de la présentation de l’ouvrage de Danielle Tartakowsky et Joël Biard, La Grange-aux-Belles, Maison des syndicats 1906-1989, Créaphis Éditions, 2012
 
La conférence sera précédée d’une visite de l’exposition de photographies Babcock & Wilcox, Worthington : deux usines en Seine-Saint-Denis.
 
Télécharger le programme.
 
Attention : suite aux mesures de sécurité mises en place par le Département après les attentats du 13 novembre 2015, l’accès à la table ronde se fait sur inscription obligatoire. Merci de vous munir d’une pièce d’identité. Nous vous remercions de votre compréhension.

vendredi 12 décembre 2014

► Une toute autre Histoire ? Photographes et artistes contemporains face aux archives

 
Table ronde organisée à l’occasion de l’exposition de Catherine Poncin 1418. Échos, versos et graphies de batailles
animée par Michel Poivert en présence de Catherine Poncin, Arno Gisinge et Christian Gattinoni
 
Les artistes n’attendent pas les commémorations officielles pour travailler sur notre mémoire collective, les occasions qui leur sont toutefois données d’approcher les archives lors de ces manifestations sont l’occasion de nous interroger avec eux sur leur approche de ce matériel habituellement réservé au travail des historiens. Les regards croisés de trois photographes et plasticiens qui ont mis au cœur de leurs travaux la question de l’histoire et de la mémoire nous permettra de comprendre la manière dont ils perçoivent au sein de leur propre univers les références historiques, qu’il s’agisse des lieux, des traces, des imaginaires du passé. Au fond, existe-t-il une histoire des historiens et une histoire des artistes ? Celle-ci, en toute liberté, permettrait-elle d’entrevoir la possibilité d’une « toute autre histoire » ?
 
Télécharger le programme
 
Pour en savoir plus

► Retour sur la journée d’étude du 12 décembre 2014 aux Archives départementales

 
Organisée dans le cadre de l’exposition 1418. Échos, versos et graphies de batailles, cette journée d’étude s’est proposée d’explorer le rapport des artistes aux documents d’archives et à l’histoire, sous l’égide de l’historien de l’art Michel Poivert.
 
Chacun des artistes invités a présenté sa quête artistique et a interrogé la place de l’histoire collective et de l’histoire personnelle dans son propre travail : Catherine Poncin à travers son enfance en Algérie et à Berlin ; Christian Gattinoni avec la déportation de son père à Auschwitz ; Arno Gisinger autour de la responsabilité autrichienne dans la Seconde guerre mondiale et Jean-Louis Dhermy à travers son parcours personnel.
 
La question de l’archive vue sous un mode artistique, esthétique et poétique et l’intérêt que portent les artistes contemporains à l’histoire ont produit une prolixité de formes et de réalisations différentes et passionnantes à explorer.
 
Ces interventions se sont donc articulées autour de la différence fondamentale entre l’histoire des historiens et celle des artistes à travers leurs créations et leur manière de se mobiliser sur cette question. Michel Poivert a fait émerger une pluralité d’interrogations transversales, notamment le rapport du corpus d’archives (le modérateur constitué) et de l’opus (l’œuvre) qui fonctionnent ensemble avec une notion factuelle d’inversion pour l’artiste.

Il a aussi questionné l’amplification, transformation qui donne une singularité au médium et a posé la réflexion ultime de la psychologie des images et leur conception existentielle.