Archives du mouvement ouvrier

Les archives de l'Union régionale CGT d'Île-de-France (URIF CGT)

Le Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF)

Les réunions du Comité central du Parti communiste français (1921-1977)

Fonds sonore du Parti communiste français

Le fonds Henri Barbusse / Annette Vidal


► Les archives de l’Union régionale CGT d’Île-de-France (URIF CGT)

 
Déposées aux Archives départementales, elles sont aujourd’hui intégralement classées.
 
Cet ensemble qui a fait l’objet de deux dépôts successifs en 1994 et en 2011, conservés respectivement sous les cotes 49J et 493J, représente un volume total de près de 90 mètres linéaires et couvre la période 1881-1999. Son classement a donné lieu à deux instruments de recherches complémentaires qui sont désormais à la disposition des chercheurs (le délai de communicabilité des documents est fixé à 30 ans).
 
Ces archives documentent l’histoire des différentes structures mises successivement en place par la CGT au niveau de la région parisienne. Depuis l’Union des syndicats ouvriers de la Région parisienne (USORP), issue de la fusion des unions syndicales de Seine et Seine-et-Oise en 1925 et active jusqu’en 1953, jusqu’à l’actuelle l’Union régionale CGT d’Île-de-France (URIF CGT), substituée à l’Union syndicale CGT de la Région parisienne (USRP) active de 1968 à 1978. Elles comportent également des documents produits par les anciennes unions départementales CGT de la Seine et de la Seine-et-Oise.
 
Une source utile pour l’histoire sociale de la région parisienne et de l’évolution des enjeux franciliens.

EN IMAGES

 
 

►Le mouvement des jeunes communistes de France (MJCF)

 
50 ans d’archives des jeunes communistes français disponibles pour la recherche.
 
Le Mouvement jeunes communistes de France (MJCF), communément appelé Jeunesse communiste (JC), a été fondé en 1920, juste avant le congrès de Tours du parti socialiste qui devait déboucher sur la création du Parti communiste français. L’organisation de jeunesse du parti socialiste, les Jeunesses socialistes, avait en effet anticipé de façon autonome son rattachement au communisme en adhérant à l’Internationale communiste de la jeunesse.
 
Cette organisation a connu successivement des modes de structuration et des dénominations divers (ainsi qu’une période de clandestinité pour cause d’interdiction durant la Seconde guerre mondiale) : Fédération des jeunesses communistes de France, Union de la Jeunesse communiste de France (UJCF), Union des Jeunes filles de France (UJFF), Union de la Jeunesse républicaine de France (UJRFF), Union de la Jeunesse agricole et rurale de France (UJARF).
 
En 1956 est constitué le Mouvement des jeunes communistes de France regroupant l’ensemble des organisations existantes, qui vont finalement fusionner en 1974. Récemment, le nom de l’organisation a évolué en Mouvement jeunes communistes de France. Le MJCF édite une publication : Avant-garde.
Depuis 1956, les étudiants y sont organisés dans une branche spécifique, l’Union des étudiants communistes de France, devenue Union des étudiants communistes (UEC), qui dispose de son propre périodique : Clarté, devenu Le Nouveau Clarté.
 
La direction nationale du MJCF a déposé ses archives en mars 2015 afin de les rendre accessibles aux chercheurs. Dans ce fonds représentant plus de 98 mètres linéaires, on trouve la production des organismes dirigeants et des secteurs d’activités de l’organisation, de la fin des années 1950 au début des années 2000. Les documents sont librement communicables passé un délai de 25 ans.
 
Important : pour permettre une accessibilité immédiate de ce fonds sans attendre son classement intégral - nécessairement long compte tenu de son volume - il a été convenu de le communiquer provisoirement aux chercheurs à l’aide d’un relevé sommaire effectué par le MJCF. Le caractère inachevé de cet instrument de recherche ne permet pas de le rendre accessible en ligne, il est disponible sur rendez-vous en salle de lecture des Archives départementales.
 

EN IMAGES

 
 

► Réunion du comité central du PCF (1921-1977)

État des fonds et des instruments de recherche

Le comité central est statutairement l’organisme souverain entre deux congrès nationaux du PCF. Qualifié en matière d’élaboration, de décision et d’impulsion politique, il se réunit plusieurs fois par an à huis-clos, sur un ordre du jour déterminé dont il débat, le plus souvent après avoir entendu un ou plusieurs rapport(s) introductif(s) et vote des décisions ou adopte des textes.
 
Dans le fonds du PCF déposé aux Archives départementales, les archives touchant aux réunions du comité central sont disponibles sur plusieurs supports : microfilms pour la période des années 1920-1930, papier à partir de 1944, et enregistrements sonores à partir des années 1950. Grâce au traitement réalisé par les Archives départementales, la communication des enregistrements des réunions est désormais possible jusqu’en 1986, permettant d’approcher l’ambiance des réunions et la teneur précise des débats. La richesse documentaire de cette série, lui confère une valeur de « fil conducteur » chronologique et thématique utile à toute étude générale ou plus spécifique.
 
Un instrument de recherche global, visant à permettre au chercheur une vision transversale tous supports confondus – y compris les publications imprimées – a été réalisé avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri et la participation scientifique de quatre historiens spécialistes du communisme française : Serge Wolikow, Jacques Girault, Roger Martelli et Jean Vigreux. Il se présente sous la forme de quatre tomes chronologiques.
 
Entamé en 2007, le travail a porté sur le corpus effectivement communicable à l’époque, d’où la date butoir de 1977. Par ailleurs, l’instrument de recherche était tributaire de l’état de description des différents fonds concernés : dans les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, où le classement en cours des fonds personnels de dirigeants du PCF révélera peut-être de nouvelles sources ayant à voir avec les réunions du comité central ; dans les organismes conservant également des archives produites par le PCF ou des fonds personnels de dirigeants communistes et qui n’ont pas encore rendu publics d’instruments de recherche.
 
Une version numérique est téléchargeable sur le site de la Fondation Gabriel Péri.

Une version imprimée est disponible auprès des Archives départementales.
 

► Fonds sonore du PCF

 
En 1994, les Archives départementales avaient entamé à titre exploratoire le transfert et la restauration de documents sonores du PCF datant des années 1950, disponibles sur bobines à fil métallique. L’ensemble du fonds audiovisuel a été déposé en 2004-2005 dans le cadre de la convention de dépôt des archives du PCF. Il se compose très majoritairement d’éléments sonores auxquels s’ajoutent quelques éléments vidéo et cinématographiques produits par le PCF. La gestion de ces derniers était assurée par l’association Ciné-Archives, qui en a effectué un dépôt spécifique aux Archives départementales (voir rubrique Associations).
 
Le fonds sonore comprend des enregistrements de réunions statutaires (Congrès, Comité Central, conférences et conseils nationaux), de commissions de travail et de réunions publiques (colloques, débats, séminaires) ainsi que de discours de dirigeants communistes et de documents de propagande (discours, chants révolutionnaires, émissions radiodiffusées).
Les documents relatifs à plusieurs congrès nationaux (1950, 1954, 1956), aux réunions du comité central de 1950 à 1979, à plusieurs conférences et conseils nationaux ont été numérisés.
 
Aujourd’hui, plus de 1500 heures d’archives sonores sont consultables sur CD en salle de lecture à l’aide d’un inventaire provisoire.
 
Les documents présentés ici constituent un échantillon volontairement réduit, sous forme de brefs extraits, des sources sonores présentes dans le fonds du Parti communiste français.
 
Ils n’ont d’autre ambition que d’attirer l’attention des lecteurs sur la disponibilité et l’intérêt spécifique de ces archives en leur faisant percevoir l’amplitude de la période couverte - relativement continûment pour certaines séries - et la diversité des contextes de production des documents, communicables au public grâce au travail de restauration et de numérisation des supports originaux effectué par les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis.
 
1930, Paul Vaillant-Couturier Disque de propagande édité par le PCF dans une série intitulée "Voix de chez nous".
Promotion, par le rédacteur en chef de l’Humanité, du quotidien comme "visage de la France". 4 AV/1794.
 
1945, Marcel Cachin
Disque de propagande édité par le PCF dans une série intitulée "Voix de chez nous".
Appel à aller vers l’unité des partis de gauche. 4 AV/1794.
 
1950, André Marty
Discours public au Vélodrome d’hiver de Paris, le 18 octobre.
Dénonciation de la guerre coloniale menée par la France en Indochine. 4 AV/2082.
 
1950, Jacques Duclos Discours public au gymnase Huyghens à Paris.
Célébration du 50e anniversaire de Maurice Thorez. 4 AV/2075.
 
1954, Aimé Césaire
Intervention au 13e congrès national du PCF, Ivry, 3 au 7 juin.
Salut collectif adressé par les fédérations communistes d’Outre-Mer au congrès. 4 AV/926.
 
1954, Benoît Frachon
Intervention à la réunion du comité central du 12 novembre.
Évocation, par le secrétaire général de la CGT, des rapports entre le syndicat et le journal l’Humanité. 4 AV/3599.
 
1955, Jeannette Vermeersch
Intervention à la réunion du comité central des 11 et 12 mai.
Invitation, par la dirigeante communiste chargée de la propagande, à développer davantage l’usage militant du cinéma dans l’activité du PCF. 4 AV/3619.
 
1956, Maurice Thorez
Intervention à la réunion du comité central du 9 et 10 mai.
Première intervention du secrétaire général du PCF au sujet du 20e congrès du PCUS devant le comité central. 4 AV/3652.
 
1957, Marcel Servin
Rapport devant les secrétaires des fédérations départementales du PCF.
Rappel, par le secrétaire à l’organisation du PCF, de l’importance de la campagne de remise des cartes du parti. 4 AV/2537.
 
1958, Raymond Guyot
Intervention à la réunion du comité central des 15 et 16 janvier.
Analyse du nouveau contexte de lutte contre la guerre d’Algérie. 4 AV/3764.
 
1963, Alain Forner
Intervention à la réunion du comité central du PCF du 8 au 10 mai.
Présentation, par le responsable de l’Union des étudiants communistes, de l’état des désaccords entre l’UEC et le PCF.
 
1966, Roger Garaudy
Journées d’études des philosophes communistes. Intervention dans le débat sur le marxisme. 4 AV/2781.
 
1966, Louis Aragon
Intervention à la réunion du comité central du 11 au 13 mars à Argenteuil.
Appréciation sur la discussion consacrée aux questions idéologiques et culturelles. 4 AV6/103.
 
1968, Waldeck Rochet
Rapport à la réunion du comité central du 27 juillet.
Exposé sur la dégradation de la situation internationale au sujet de la Tchécoslovaquie. 4 AV10/140.
 
1972, Georges Marchais
Intervention à la réunion du comité central des 29 et 30 juin.
Argumentation sur la nécessité de développer une démarche unitaire autour du Programme commun de gouvernement de la gauche. CD n°4/4.
 
1972, Gaston Plissonnier
Rapport de la commission des candidatures du 20e congrès national du PCF, Saint-Ouen, 13 au 17 décembre.
Rappel des modalités statutaires d’élection du comité central du PCF. 9 AV3 TC.
 
1974, Madeleine Vincent
Intervention à la réunion du comité central des 18 et 19 janvier.
Défense, par la responsable du travail en direction des femmes, des positions du PCF au sujet de la contraception et de l’avortement. CD n° 4/10.
 
1977, Jean Kanapa
Intervention à la réunion du comité central des 31 mars et 1er avril.
Dénonciation de courriers critiques adressés par le PCUS à la direction du PCF. 4 AV/2242.
 
1979, Paul Laurent
Intervention à la réunion du comité central des 29 et 30 janvier.
Présentation des modalités de préparation du 23e congrès national du PCF. 4 AV/2655.
 

► Le fonds Henri Barbusse / Annette Vidal (499J)

 
À l’occasion du centenaire du Feu d’Henri Barbusse, les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, dépositaires d’une partie des archives de l’écrivain et homme politique, ont classé et trié ce fonds qui fait partie du fonds du Parti communiste français (télécharger l'inventaire).
 
L’année 2016 a été l’occasion, notamment pour les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, de commémorer le centenaire de Feu d’Henri Barbusse et de redécouvrir le parcours de son auteur. Éloigné des choses politiques avant le conflit, Barbusse se convertit aux idéaux révolutionnaires pour adhérer dans le courant des années 1920 au Parti communiste dont il devint l’une des grandes figures et un relais dans le milieu intellectuel et artistique jusqu’à sa mort en 1935.
 
Les archives figurent dans le fonds du Parti communiste français en dépôt aux Archives départementales. Elles bénéficient désormais d’un instrument de recherche qui les rend accessibles aux lecteurs. Le travail de classement a été l’occasion de retracer avec autant de précision que possible leur histoire et de mettre en lumière l’action essentielle d’Annette Vidal, longtemps secrétaire de l’écrivain, dans leur préservation et dans leur enrichissement, fruit d’un patient travail d’indexation et de veille documentaire. C’est pour cette raison que le fonds a été intitulé fonds Henri Barbusse / Annette Vidal (instrument de recherche disponible).
 
Ces archives apparaissent comme une précieuse ressource sur l’histoire de la littérature, celle du mouvement ouvrier dans l’entre-deux-guerres, ou encore sur le rôle des intellectuels dans la mobilisation contre la guerre et le fascisme et leurs rapports au communisme et à l’Union soviétique. Elles permettent également d’appréhender le phénomène de « mémorialisation » d’une personnalité par le mouvement communiste et les organisations qui lui étaient proches.
 
À noter également au sein de ce fonds la présence d’une liasse d’archives de Raymond Lefebvre, d’autant plus rares que ce jeune intellectuel communiste est disparu en mer en 1920, à l’occasion du voyage retour d’un séjour à Moscou.